Carte interactive de DiébougouCarte interactive de Diébougou

Les noms des villages appartiennent évidemment à la tradition orale. Leur orthographe n'est pas fixée et vous pourrez les voir écrits de façon variable.
Les cartes du milieu du XXe siècle signalent souvent des "camps" sans même les nommer tant sans doute ils ont paru précaires. Beaucoup n'existent plus en effet. Mais aujourd'hui encore, des hameaux ou villages peuvent "fondre" jusqu'à disparaître en quelques années. Le village de Moulé, sur la route de Konsabla, et celui de Danko-Tanzou semblent amorcer une telle évolution. D'autres peuvent surgir, au gré de la pression démographique et des attributions par les Chefs de terre.

Promenez le curseur de votre souris sur cette carte :

Konsabla    plus de 1600 hab.
diapo
Le village de Konsabla devrait connaître une certaine effervescence en 2008 avec la construction de la maternité et l'électrification de son école.
Loto  1800 hab.
diapo
Le village de Loto fait partie de la commune urbaine de Diébougou, au même titre que Tantono, Kpakpara ou Ségré.
Bapla,  plus de 1600 hab. 1 école.
diapo
Bapla dispose d'une pêcherie officiellement concédée. De plus, la coopération allemande y a suscité l'installation d'une bananeraie expérimentale.
Bamako,  1900 hab.,   1 école
diapo
Le même nom que la capitale du Mali et une mare aux crocodiles sacrés, comme à Sabou.
Balingnar,  900 hab.
diapo
Le chef de terre de Balingnar a autorité sur Dankotanzou, Sorgouon et Dankoblé. Sur ce terroir Dagara, la cohabitation avec les éleveurs Peuhls donne lieu à de longues négociations depuis des années.
Navielgane,  1800 hab.,   1 école
diapo
A Navielgane et Dankoblé, en pays Dagara, ASUDEC a initié la "nouvelle" culture du manioc.
Diébougou,  15000 hab.,   5 écoles, 3 lycées
diapo
Le chef-lieu de cette commune-département prend une importance grandissante. Ses finances sont malheureusement très réduites.
Réserve de Nabéré
diapo
Les forêts de Nabéré (dont fait partie la forêt protégée de Naborgane) sont des forêts claires. Elles restent utilisées par les populations locales. Mais la production de bois de feu rapporte peu et le métier de bûcheron est en général peu considéré.
Forêt de la Bougouriba
diapo
La forêt de la Bougouriba, une forêt-galerie, a le même statut que les forêts de Nabéré et, comme elles, reste utilisée par les villageois.
la Bougouriba
diapo
La Bougouriba est un affluent du Mouhoun (ex Volta Noire). Que le tabou soit dû à une conception religieuse de l'espace ou lié au souvenir des ravages de l'onchocercose et de la trypanosomiase, elle fait partie des "vallées interdites". Les géohistoriens indiquent par là qu'elle n'a presque pas d'habitat permanent. Mais les villageois l'utilisent comme réserve de gibier , de bois, de poisson, etc.
Réserve de Bontioli
diapo
La réserve de Bontioli est une réserve de faune. Des sites y sont néanmoins occupés par des petits groupes d'agro-pasteurs, chasseurs, pêcheurs itinérants.
diapo
diapo
diapo
diapo
diapo
diapo
diapo
diapo
diapo
diapo
diapo

Retour page précédente