Au marché à Diébougou
Il y a marché et marché !

Les marchés couverts aux produits artisanaux de Ouagadougou et Bobo Dioulasso font l'effet de véritables nids de guêpes au visiteur non prévenu. Sans cesse interpellé, sollicité, harcelé par les vendeurs et leurs rabatteurs, tous des hommes jeunes, il se trouve vite littéralement abasourdi. Le vacarme autour de lui s'apaise un peu lorsqu'il sort les billets pour payer le prix fort après une négociation maladroite. Et aussitôt après, cela recommence de plus belle. Jusqu'au dernier billet, jusqu'à ce que, étourdi et vaguement honteux, il prenne la fuite avec ses achats.

Au contraire, dans les marchés de brousse, on interprètera plus diversement sa présence. Quel bien peut apporter le visiteur en short, grosses chaussures et appareil photo ? La pauvreté n'aime pas qu'on la prenne en spectacle. Pour ne pas être interpellé amèrement, il faut connaître des gens, faire partie du paysage à défaut d'être du pays.

L'entrée du marché de Diébougou.
porteuses d'eau, porteuses de vie porteuses d'eau, porteuses de vie porteuses d'eau, porteuses de vie
marchande et cliente.
Le charme de Diébougou

Rien de tel au marché de Diébougou ni même à celui de Konsabla.

D'abord, et c'est essentiel, beaucoup de marchands y sont des femmes. Acteurs-clés de l'économie locale, elles acquièrent ici autonomie et reconnaissance. Elles y apportent leur gaieté tranquille et leur élégance altière.

Le marché principal de Diébougou a été rénové récemment. Comme avant on y trouve de tout, produits agricoles, artisanaux ou de grande série, utilitaires, vestimentaires ou alimentaires.

Dimanche est le grand jour.
les étals témoignent d'une recherche esthétique certaine, tout comme les tenues des marchandes et des clientes.

C'est beau, extraordinairement riche en couleurs et en parfums, étonnamment animé et paisible à la fois.

Poudres et farines

L'étranger est irrésistiblement attiré par les étals de produits alimentaires, les plus colorés et les plus parfumés. Que sont ces poudres dans les bassines ? Blanches ou jaunes, ce sont des farines, par exemple du manioc dont la préparation est si longue. Ces flocons blancs? probablement la pulpe acidulée du fruit du baobab. Rouges sont les poudres de tomate ou de piment, parfois mélangées. Marron, les noyaux de mangues broyés. Vertes, les poudres de feuilles (baobab notamment). Noirs, les poivres comme la maniguette.

poissons, piments et autres condiments.
Bissap

Mais la gourmande a tout de suite repéré les fleurs d'hibiscus séchées de belle manière, celles qui lui permettront de fabriquer le délicieux bissap, si doux à déguster à l'ombre.

Retour page d'accueil        Retour page précédente