Mamourou

 


En 2003, une bonne partie de Floirac s'est enflammée pour Mamourou, le fils d'Omar, un de nos plus fidèles correspondants à Diébougou.

Atteint d'un glaucome congénital, le bébé devenait rapidement aveugle... Quelques heureux concours de circonstances et un déploiement exceptionnel de solidarités ont permis à Nadège, la courageuse maman, de venir à Floirac avec lui pendant un mois, du 14 mai au 17 juin.

 

Oeil droit... Nadège et Mamourou
   
Oeil gauche...

Mamourou a vaillamment supporté tous les examens et deux interventions par le Pr Mortemousque au CHU de Bordeaux, toutes deux couronnées de succès.

Bébé courageux
   
2003 a été l'année des "mille choeurs pour un regard" organisés par l'association Retina France. Marjorie Labracherie, professeur au collège Georges-Rayet, avait dirigé un de ces concerts. Elle en a réalisé deux autres pour Mamourou à l'auditorium de Floirac avec les groupes "Fol'Accord" et "Les Déraillés" (chorale des élèves du collège). Mamourou et sa maman ont pu assister au second. collégiens en choeur
   
Quelle récompense de voir le bébé suivre des yeux tout ce qui le captive et tendre vers les objets et les gens une main impérieuse ! Anne-Marie et Mamourou
   
Chez Anne-Marie, où Nadège était reçue, toute l'association a pu se réjouir de ce retour à la vue. Soudain timide...
   
Et puis Mamourou est rentré chez lui. Il s'est mis à marcher.

 

Je me lève
Le voici à son anniversaire, le 20 décembre 2005. Il a beaucoup grandi ! Et le voici en janvier 2007. Il s'est fait tout beau pour la photo.
les belles lunettes

 

Mamourou en janvier 2007

Mais ses verres doivent être recalculés et refaçonnés car ceux-ci lui apportent actuellement presque autant d'inconvénients que d'aide. Un grand lunettier pourrait bientôt nous aider à assurer le renouvellement de cet appareil indispensable et coûteux...
2 juin 2007 : c'est fait. Offertes par Alain Afflelou, les nouvelles lunettes sont parties.
hourrah

De telles opérations ne sont évidemment pas du ressort ordinaire de notre petite association ; elle n'en a pas les moyens. La plupart de nos membres se sont mobilisés à titre personnel, et avec beaucoup d'autres, pour constituer une extraordinaire chaîne de solidarité. Ils continuent d'ailleurs à servir de relais et ils envoient les médicaments qu'on ne trouve pas encore au Burkina Faso. Car Mamourou devra se soigner toute sa vie.

Il devra peut-être aussi revenir à Bordeaux pour une intervention complémentaire. En prévision de cette éventualité, les mêmes collégiens oeuvrent pour constituer une "cagnotte" à leur petit protégé. Voulez-vous voir comment ?

Un clin d'oeil pour Mamourou,la soirée musicale du 24 mai 2006.

haut de page

Retour page d'accueil Page suivante: Les moulins à grains